Su-27 K / Su-33 Flanker-D

 

 

 

 

 

Le début du développement d'une version navale du Flanker a commencée en 1976 mais ce n'est pas avant le milieu des années 80 avec les T-10-24 et -25 que commença réellement la réalisation de cette version navale destinée à équiper les nouveaux porte-avions de la marine russe. Entre-temps le T-10-3 avait aussi été équipé d'une crosse d'appontage.  Le T-10-3 décolla pour la première fois de la rampe le 9 septembre 1982 après une course de 230 mètres. Le programme d'essais du T-10-3 totalisa 27 vols dont 17 à partir de la rampe.  Le responsable du Su-27 K fut Constantin Marbachev.

Le premier prototype du Su-27 K (T-10K-1, codé "37") vola le 17 août 1987. Il s'agit en fait d'une transformation à partir du T-10S-37 et ne disposa pas au début d'aile repliable car le mécanisme n'était pas encore au point. Le Su-27 K (Korabelny pour Navalisé) est équipé de panneaux extérieurs de voilure et de gouvernes repliables, d'une crosse d'appontage, de surfaces canard (agissant de concert et non de manière différentielle avec un battement de +7 / -20 degrés) à l'avant, d'un atterrisseur renforcé avec roulette de nez à diabolo ainsi que de volets hypersustentateurs courant sur tout le bord de fuite de la voilure. Le système de repliage de l'aile à rogner un peu sur la capacité des réservoirs de carburant mais cela a été compensé par le montage d'une perche de ravitaillement en vol. En outre, le long cône de queue qui équipe les versions du su-27 basés à terre a été raccourci pour éviter tout frottement sur le pont d'envol lors des décollages et des appontages. Le su-27K peut être doté d'un réservoir de carburant supplémentaire largable (1 500 litres). Sa vitesse d'approche en phase d'appontage est de 240 km/h. La version de série de cette machine, désignée Su-33 depuis le 31 août 1998, est propulsée par 2 réacteurs AL-31F3 fournissant une poussée de 75,2 kN a sec et 125,5 kN avec PC.

Le premier prototype s'écrasa le 28 septembre 1988. Le second prototype (T-10K-2, codé "39") vola pour la première fois le 22 décembre 1987. Ce deuxième prototype a aussi été obtenu à partir de la transformation d'une cellule d'essais du T-10S, en l'occurrence le T-10S-35. Au total 5 prototypes du su-27K (T-10K-3 : premier vol le 17 février 1990, T-10K-4 codé "59", T-10K-5 codé "69", T-10K-6 codé "79"', T-10K-7,  T-10K-8 : qui s'écrasa le 11 juillet 1991 et T-10K-9 (codé "109") ont été réalisés plus des versions de pré-série : toutes ces machines sont équipées de volets de bord de fuite à triple section courant sur tout le long de l'envergure de la voilure. Le premier appontage (Su-27K codé "39") pour un appareil a voilure fixe et non V / STOVL sur un bâtiment russe eu lieu pour la première fois le 1er novembre 1989 a bord du "Kuznetsov" (alors Tbilisi). A noter la procédure particulière pour le décollage. En effet, ne pouvant décoller a l'aide de catapulte, l'appareil est bloqué par des cales sortant du pont d'envol et le pilote allume la PC. Une fois la puissance affichée, les cales s'effacent et l'appareil commence alors à accélérer et décolle à l'aide du tremplin en 105 mètres  seulement. L'appontage se passe de manière conventionnelle avec une prise de brins et un arrêt en 90 mètres.

L'armement du Su-27 K comprend, outre l'armement traditionnel du su-27, les missiles anti-navires à longue portée Kh-41 "Moskito"et H-31. A noter que les États-Unis utilisent actuellement plusieurs H-31 comme cibles volantes pour ses essais de missiles anti-missiles. Ils sont importés par Boeing et une firme d'armements russes. Ce missile est capable de Mach 2.5 au ras des flots et simule donc parfaitement la menace présente et futur des armes anti-navires.

Une première série de 18 exemplaires fut construite, en 1992-93 dans l'usine Komsomolsk située sur le  fleuve Amour. Ces appareils sont actuellement basés à Severomosk. Une petite trentaine de Su-33 serait actuellement en service dans la marine russe et la première unité à été déclaré opérationnelle le 19 février 2000 sur le porte-avions "Admiral Kuznetsov". Durant les premières croisières du porte-avions en méditerranée, de nombreux problèmes sont apparus et il était évident que le groupe n'était pas opérationnel.

Identification :

Le Su-33 (Su-27 K) est peut-être l'une des versions le plus facilement identifiable. Ailes et empennages horizontaux repliables. Plans canards en avant des ailes. Perche de ravitaillement en vol en avant du cockpit et sur le coté gauche du fuselage. ISRT décalé sur la droite pour dégager la vue lors des phases d'approches. Saumons de dérives brisés et légèrement moins hautes afin de pouvoir rentrer dans les hangars du porte-avions. Cône de queue raccourci ne contenant plus de parachute mais incorporant un radar de détection arrière L-006 sous un cône diélectrique blanc. Présence d'une perche d'appontage. Atterrisseurs renforcés avec roulette de nez à diabolo. Volets hypersustentateurs à triples fentes courant sur tout le bord de fuite de la voilure. Absence d'antennes sur le coté des entrées d'air.

© : F. Breitenmoser
© : F. Breitenmoser
© : Right Reserved
© : Right Reserved
© : Right Reserved
© : Right Reserved
© : Right Reserved
© : Right Reserved
© : Right Reserved

© : Sukhoï
© : Sukhoï
© : Sukhon
© : Sukhoï
© : Sukhoï
© : Sukhoï
© : Sukhoï
© : Sukhoï
© : Y. Pashnin
© : Sukhoï
© : Right Reserved
© : S. Skrynnikov
© : Right Reserved
© : Right Reserved
© : Right Reserved
© : Right Reserved

 

 

 

 

[ TOP ]
Copyright © Aircraftstories - Mai 2003.
Texte tout droit réservé, reproduction interdite sans autorisation de l'auteur.